Article : Respect Mag

Respect Magazine : Article : http://www.hafidgood.tv/

Hafidgood : «développer un cinéma de couleur

13 Septembre, 2009 Par: Réjane Ereau Paris, juin 2009. Hafid Aboulahyane (dit Hafidgood) a le trac : son court-métrage « La marche des crabes » est projeté pour la première fois en public. Bonne nouvelle : les gens sont venus, même trop ! Une deuxième séance est organisée en urgence…

Hafid Good lors du tournage de la Marche des Crabes - http://www.hafidgood.tv« Ce film, je l’ai dans la tête depuis sept ans, raconte Hafid. J’ai écrit quinze versions du scénario ! J’y ai mis toute mon énergie. Au total, il représente trois ans de ma vie. » Pourtant, au départ, le garçon n’est pas réalisateur mais acteur. « J’ai commencé à la ligue d’impro de l’Essonne, avant de suivre une formation d’art dramatique puis de jouer dans des séries télé. »

2001, les Twin Towers s’effondrent, l’emploi des comédiens basanés aussi. « Comme je ne suis pas du genre à attendre que le téléphone sonne, j’ai créé ma boîte de prod. » Avec l’envie de développer un « cinéma de couleur », genre « comédie sociale urbaine », dans la lignée des «Cassavetes, Loach, Kechiche, Benchétrit »…

Pour La marche des crabes, tout commence par une discussion avec Kaem, rappeur paraplégique. « On a souvent un regard de pitié sur les handicapés, alors qu’ils peuvent être mobiles, autonomes. J’ai eu envie de travailler là-dessus. Kaem m’a beaucoup appris, il m’a permis de rendre le personnage crédible. » Au point d’être, selon son pote, prêt pour les concours de wheeling !

Pour autant, le film n’est pas sur le handicap. « C’est avant tout une histoire d’amour, entre Sami, incurable romantique en fauteuil roulant, et Sahra, mère célibataire désabusée. » Et s’il se passe en banlieue, si les comédiens ont des têtes de rebeus (dont une Lââm excellente en soeur protectrice et un Booder craquant), il évite les stéréotypes.

La suite ? « Depuis que France 2 a acheté le film, pas mal de festivals souhaitent le programmer. J’ai envie de le défendre, mais ce sera mon dernier court-métrage. Je travaille sur un long : un roadmovie au départ de la banlieue, avec des acteurs confirmés. Ce que j’aime dans ce métier, c’est qu’à chaque création, tu remets ton titre en jeu ! » En parallèle, Hafid continue la course au casting, prépare un spectacle de stand-up. Et lâcherait volontiers la production, « si je trouve quelqu’un qui comprenne mon univers ». À bon entendeur…

La marche des crabes : diffusion sur France 2 le 11 octobre, dans Histoires courtes

Source : http://www.respectmag.com/hafidgood-«développer-un-cinéma-de-couleur»

Share